Merci clamant

Châtelain de Coucy

Merci clamant

 

Merci clamant de mon fol errement,

Ferai la fin de mes chançons oïr,

Car traï m'a et mort a escient,

Mes jalos cuers que g'en doi tant haïr,

Si m'a mal fet par le dit d'autre gent,

Tout sont parti de moi joios talent,

Et quant joie me faut, bien est resons,

Qu'après ma joie fenissent mes chançons.

 

Bien sai q'il est lieus et poinz et sesons,

Qu'a touz les biens d'amors doie faillir,

Car je forfis et moie est l'achesons,

Car qui mal qiert, il doit bien mal souffrir,

Dex doint que mors en soit mes guerredons,

Ainz que de moi face liez les felons,

Car pour mon pis vivrai et pour veïr

Ma bele perte pour plus joie amenrir.

 

A touz amanz pri q'il dient le voir,

Li quels doit melz par droit d'amors joïr,

Ou cil qui aime de cuer a son povoir,

Et ne s'en set mie très bien couvrir,

Ou cil qui sert adès pour decevoir,

Et bien s'en set partir sanz decevoir.

Dites, amanz, qui vaut melz par reson :

Loial folie ou sage traïson ?

 

Se guerredon fussent rendu a droit,

Bien mi deüst amors mon lieu tenir,

Que je le fis en bone entencion,

Et bien cuidai que m'en deüst venir,

Mès ma dame ne me veut se mal non,

Pour ce si hé moi et ma guerison,

Et quant mes max li sont douz et plesant,

Pour li me hé et sui mes max vueillanz.

 

Hé franche riens por qui je muir amanz,

Fetes amors en vous plus biau fenir.

Seur toute riens, est ce la melz vaillanz,

Et neporquant s'en puis je bien mentir,

Car fins amanz ne puet estre avenanz,

Se mort n'en part pour ce morrai souffranz,

Et chanterai sanz joie et sanz finer,

Que plus ne doi a fin d'amors penser.

Merci clamant - traduction

 

En demandant grâce pour mon comportement fou,

Je ferai entendre la fin de ma chanson,

Car mon cœur jaloux que je dois tant haïr

M'a trahi sciemment.

Il m'a fait tant de mal, par les paroles d'autres gens,

Que tous les joyeux désirs m'ont quitté,

Et quand la joie me fait défaut, il est bien juste

Qu'après ma joie, finissent mes chansons.

 

Je sais bien qu'il est des lieux, des moments et des saisons

Où manquent tous les biens d'amour,

Car j'ai mal agi et j'en suis la cause,

Car qui cherche le mal doit bien souffrir du mal,

Que Dieu fasse en sorte que la mort soit ma récompense,

Ainsi que les félons se réjouissent à mon sujet,

Car je vivrai pour le pire et pour voir

Ma belle perte, et pour anéantir toute joie.

 

A tous les amants je prie de dire la vérité,

Lequel doit mieux jouir d'amour par justice :

Ou bien celui qui aime avec son cœur, selon sa capacité,

Et qui ne sait pas très bien s'en protéger,

Ou bien celui qui sert toujours dans le but de tromper,

Mais sait bien s'en séparer sans tromper,

Dîtes, amants, que vaut-il mieux :

Loyale folie, ou sage trahison ?

 

Si les récompenses étaient données avec justice,

Amour aurait bien dû me satisfaire,

Car je le fis dans un bon esprit,

Et je croyais bien que cela aurait dû arriver,

Mais ma dame ne me veut pas de mal,

Pour cela je me hais, moi et ma guérison,

Et si mes malheurs lui sont doux et plaisants,

Pour elle je me hais et je désire mes malheurs.

 

Hé, noble personne, pour qui je meurs en amant,

Faites bellement finir en vous l'amour !

N'est-elle pas de toutes les personnes la plus vaillante ?

Et néanmoins je puis bien lui faillir,

Car un amant courtois ne peut être agréable,

Si la mort ne l'emporte, c'est pourquoi je mourrai en souffrant,

Et je chanterai sans joie et sans fin

Qu'il ne me faut plus penser au but de l'amour.