LA CHAMBRE DES

DAMES

Chansons et polyphonies de trouvères

Sortie : 1995

1 L'autrier matin
2 Li dous regars
3 Les oisellons de mon païs
4 La quinte estampie royal
5 Devers Chastelvilain
6 A jointes mains
7 Hé Diex quant verrai

8 Tebor et Omnes
9 Dex est aussi
10 Quant la sesons
11 Belle com loiaus amans
12 Ecce mundi

13 Trop désir

14 Fines amouretes

15 Hac in die

16 Virgo

17 Roÿne celestre

18 Diex comment porroie

19 Je muir, je muir

20 Lasse, que deviendrai-gié

21 La prime estampie royal

22 Hareu li maus d'amer

23 A Dieu commant

24 Salve virgo virginum

L'autrier matinDiabolus in Musica
00:00 / 03:11

Ensemble DIABOLUS IN MUSICA

direction Antoine Guerber

Écouter

Les XIIe et XIIIe siècles, apogée du Moyen-Age, voient s'épanouir dans tout le nord de la France l'art des trouvères, à la suite de leurs précurseurs occitans, les troubadours. Ils déclinent l'amour courtois sous toutes ses formes et cet enregistrement nous présente cette extraordinaire variété de styles musicaux (chant monodique, accompagné d'instruments, polyphonies à deux ou trois voix, danses instrumentales, motets, clausules, etc).

Sans se soucier d'exhaustivité, cet enregistrement privilégie le style de chanson le plus aristocratique, considéré par les contemporains comme étant de la plus haute qualité : le grand chant courtois, ou "cantus coronatus" des théoriciens du XIIIe siècle. A l'exception de la chanson de Colin Muset "Devers Chastelvilain", toutes les autres pièces appartiennent peu ou prou à ce style aristocratique. L'amour de la Dame en est bien sûr le thème central, amour codifié, inaccessible, sacralisé, dans lequel la beauté et le désir charnel prennent pourtant une grande importance. La Dame devient le suzerain, quand elle n'est pas la première d'entre elles : la Vierge Marie, à laquelle les poètes témoignent leur amour dans les mêmes termes et avec la même passion qu'à la "dame d'en bas".

Distribution

Soprano : Catherine Sergent

Ténors : Raphaël Boulay - Antoine Guerber

Baryton-basse : Emmanuel Vistorky

Guiterne : Antoine Guerber

Vièle à archet : Florence Rebeyrolle

luth, percussions : Brice Duisit

Enregistré en l'église d'Etouars du 07 au 11 septembre 1994

Prise de son, montage : Emmanuel Thery

Revue de presse

  • YouTube - Black Circle
  • Deezer - Black Circle
  • Spotify - Black Circle
  • SoundCloud - Black Circle

"L’ ensemble s’est trouvé un ton et une personnalité qu’aucune perfection technique ne peut remplacer."

Marc Desmet - Le monde de la musique, novembre 1995

 

"Un talent qui marie l’intuition des textes à une rare intelligence de l’approche proprement musicale."

Roger Tellart - Diapason, juillet 1995

Pour nous écouter

rendez-vous également sur les plateformes : Youtube, Deezer, Spotify, Soundcloud